| Tribune octobre 2022

Tribune octobre 2022

Le concept du leader idéal… Et si c’était vous ?

Par Patrick Rasandi, Fondateur d’IPRH Consultants, Formateur, coach certifié, membre du Bureau du Syndicat des Métiers du Coaching

Donner une direction, emmener les équipes, motiver, être clair, être tolérant, faire confiance, écouter, avoir des convictions, coacher… Les équipes n’ont plus qu’à suivre.

Dans cette tribune, Manon vous explique le concept du leader idéal : communicant(e) et à l’écoute, fort(e) et sensible, expert(e) et stratège, coach et dirigeant(e), qui emmène !

L’évolution du leadership à travers l’histoire

Historique du leadership

Tout au long de l’histoire, la notion de leadership, et par conséquent de leader, n’a jamais cessé d’évoluer.

  • En Grèce antique, on parlait de l’art d’influencer ;
  • Au 19ème siècle, on se penche sur les éventuelles caractéristiques physiques type du leader ;
  • Au 20ème, apparaît le leadership situationnel. On considère alors que les qualités d’un leader doivent s’adapter aux situations ;
  • Au début du 21 siècle, les chercheurs développent le concept de leader transformationnel.

Qu’en est-il aujourd’hui?

Entourée par les évolutions digitales et le développement des mentalités, la notion de leadership répond aujourd’hui à plusieurs enjeux.

Aujourd’hui, un leader doit savoir voir au-delà de ses propres intérêts, écouter et emmener ses collaborateurs à donner du sens à leurs actions. En effet, on voit que cette idée prend une place de plus en plus importante dans le monde du travail. Le collaborateur doit être motivé par ses fonctions pour rester à son poste plus durablement.

L’intelligence émotionnelle, qu’est-ce que cela implique pour le leader ?

Définition

Selon une étude menée sur 114 dirigeants du secteur public, les bons leader se caractérisent par leur intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle est un consensus des éléments suivants :

  • les éléments interpersonnels
  • la perception de ses propres émotions
  • la régulation de ses émotions
  • l’humeur générale

Connaissance de soi et connaissance des autres

L’intelligence émotionnelle repose sur deux leviers qui se sont indispensables.

  • La connaissance de soi. Dans le cas contraire, elle impliquerait un leader qui ne se connaîtrait pas. Ce dernier aurait alors plus de difficulté à remplir ses fonctions, à imposer ses décisions et à réaliser de bonnes performances.
  • La connaissance des autres. Dans le cas contraire, elle serait liée à une mauvaise connaissance de soi, car la mauvaise perception des émotions des autres implique une mauvaise perception de ses propres émotions. Cela nuirait à l’intelligence émotionnelle du leader, donc nuirait à l’efficacité du leadership car il n’aurait aucune influence sur les collaborateurs. Le leader doit être humble.

L’intelligence émotionnelle : acquise ou innée ?

Actuellement, deux approches existent pour parler d’intelligence émotionnelle.

  1. Un modèle d’aptitude qui considère l’intelligence émotionnelle comme une capacité à accomplir des tâches et à résoudre des problèmes émotionnels.
  2. Modèle mixte dans lequel certains traits de personnalité, les comportements et les motivations vont rejoindre la notion d’aptitude.

Ces modèles permettent de comprendre que l’intelligence émotionnelle tient à la fois de l’inné et de l’acquis.

Le fait qu’elle soit en partie acquise donne un espoir pour pouvoir la développer. Pour ce faire, il nous est possible de jouer sur nos comportements pour la travailler et la forger, mais seulement en partie.

Effectivement, certains aspects de l’intelligence émotionnelle sont inévitablement innés, elle est composée de traits de personnalité et nous savons aujourd’hui que les traits de personnalité n’évoluent pas beaucoup au cours d’une vie.

Par ailleurs, les expériences et l’environnement dans lequel une personne évolue influencent les aptitudes et comportements, ce qui se révèle enrichissant et formateur pour l’intelligence émotionnelle.

En bref, être leader c’est:

  • C’est être clair avec ses intentions et ses limites
  • C’est se connaître et connaître les autres
  • C’est faire appel à des caractéristiques internes qui peuvent se développer
  • C’est être humble et penser aux autres
  • C’est donner du sens au travail de ses collaborateurs